dans la marge le site

Accueil du site Actualité et point de vue chrétien Don, Générosité et vie chrétienne

Don, Générosité et vie chrétienne

Publié le dimanche 1er mars 2009

Don, générosité et vie chrétienne

Partie 1 : actualité du don :

Citation d’Alain Caillé, anthropologue, à rappeler :

« Tout l’enjeu des prochaines années va être de mobiliser la société pour retrouver, au-delà du tout-Etat et du tout-marché, le sens du don, de la solidarité, de la gratuité. Cela ne se fera pas tout seul. Car les morales, laïque et religieuse, qui portaient ces valeurs n’ont pas su les actualiser face à la déferlante néo-libérale. Il nous reste à effectuer un véritable travail de refondation des valeurs démocratiques. Le temps presse. » cité in « La Vie » - 30 octobre 2008.

Quels types de dons aujourd’hui ? pour simplifier on peut proposer quatre catégories (non-exhaustives évidemment)

1/ les « dons » des Etats, liés à la crise financière actuelle, qui ne sont que des versions urgentes des subventions antérieures :

· dons aux grandes banques françaises, contre seul engagement de maintenir ouvert le crédit, ce qu’elles ne font manifestement pas.

· dons aux grands constructeurs automobiles américains (Ford, Chrysler et General Motors) qui demandaient 34 MM de $ et n’ont obtenu que 17 MM !

Ce sont de purs cadeaux, qui ne sont assortis d’aucune obligation réelle, mais de vœux pieux ou de symboles pour distraire le peuple qui souffre (la suppression des « bonus des dirigeants bancaires en France ou la limitation des salaires de PDG aux EU à 500 000 $ !). En fait c’est une forme de vol de l’argent collectif, public, celui des contribuables qui sert à renflouer des entreprises totalement privées dont la politique de licenciements continuera comme avant.

2/ Les dons des philantropes  :

(JPG)

pas nouveau, car datant de l’antiquité gréco-romaine, avec les mécènes. S’est poursuivi durant tout le cours de l’histoire ( la famille des Médicis à Florence est réputé pour cela ). La version actuelle est la Fondation, société à statut particulier qui vient des E.Unis. Le philantrope a gagné beaucoup d’argent dans les affaires (pas toujours moralement proprement !) et « rachète » sa conscience en donnant une partie de ses immenses gains. C’est toujours mieux que rien, évidemment. Dans l’actualité, deux grandes fondations jouent un rôle mondial, celle de Bill & Melinda Gates, et celle de Georges Soros. La première s’occupe des déshérités et surtout des enfants et des victimes du SIDA en Afrique, l’autre aide à tout progrès vers la démocratie. Ces fondations sont alimentées par des dons défiscalisés et ne paient elles-mêmes pas d’impôts.

(PNG)

3/ Les dons des chercheurs, en sciences humaines surtout .

Là, le don est simplement un objet d’étude que l’on passe au crible de l’observation. Pour les sociologues et anthropologues, il n’y a pas de don « pur » (nous dirions, nous chrétiens « gratuit »), mais tout don appelle un « contre-don », conscient ou inconscient. L’observation est subtile et très souvent vraie. Mais le surnaturel divin n’y a aucune place. Ce qui est vrai pour un dîner entre connaissances ne l’est pas pour le salut ou l’offrande !

4/ les dons des individus ordinaires : charité, solidarité…

Ils obéissent certes souvent à la logique du contre-don inconscient : on donne aux Resto du Cœur en pensant que si on était en situation de nécessité absolue, on aimerait bien recevoir. On peut plus parler de solidarité que de don au sens biblique. Dans cette catégorie de don qui est la plus massive, l’affectif joue un rôle majeur : Lors du Tsunami du pacifique, les français ont été plus généreux que d’habitude, car les médias ont beaucoup plus insisté sur cette catastrophe-là que sur d’autres, car il y avait des victimes françaises. Qu’en aurait-il été des dons si ce n’avait pas été le cas ? Mais, il faut constater qu’en règle générale, les pauvres donnent proportionnellement plus que les riches, ils sont plus généreux.

Retenons aussi que le don est souvent une façon élégante de se débarrasser de son superflu. D’où une grande ambiguïté.

Nous allons revenir sur la générosité un peu plus loin.

Comment avoir un point de vue chrétien et biblique sans adopter l’attitude du monde profane ou être influencé par lui ?

Partie 2 : Dans notre foi, le don est basique et présent sous deux aspects liés.

1/ Jean 3 : 16, encore et toujours, est clair.

Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. Jésus a donné lui-même sa vie. Nous sommes au bénéfice exclusif d’un don gratuit (« par grâce » au sens étymologique). Certes ce don en espère, en désire un autre en contre-don, mais il est gratuit par essence car anonyme .

2/ en échange de la réception de l’Evangile et de ce don, nous pouvons si nous le voulons (c’est la conversion) agir aussi sous forme de don.

Romains 6 :13 :

Ne livrez pas vos membres au péché, comme des instruments d’iniquité ; mais donnez-vous vous-mêmes à Dieu, comme étant vivants de morts que vous étiez, et offrez à Dieu vos membres, comme des instruments de justice.

Dieu va au-delà encore et donne son plan pour l ‘humanité

3/ Ceci se résume donc dans le verset célèbre de 1 Timothée 2 :3

3 Cela est bon et agréable devant Dieu notre Sauveur, 4 qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité.

Reprenons cela dans l’ordre au moyen d’un schéma rapide :

(JPG)

Partie 3 : Quelques enseignements et mises en pratique

Qu’avons-nous reçu en don de Dieu

1/ La vie éternelle : Jean 3 :16

2/ L’assurance spirituelle d’être enfant de Dieu : Jean 1 : 9 à 13

Cette lumière était la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme. 10 Elle était dans le monde, et le monde a été fait par elle, et le monde ne l’a point connue. 11 Elle est venue chez les siens, et les siens ne l’ont point reçue. 12 Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés, 13 non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu.

3/ Le Saint-Esprit, le Consolateur : Actes 1 :3-4

3 Après qu’il eut souffert, il leur apparut vivant, et leur en donna plusieurs preuves, se montrant à eux pendant quarante jours, et parlant des choses qui concernent le royaume de Dieu. 4 Comme il se trouvait avec eux, il leur recommanda de ne pas s’éloigner de Jérusalem, mais d’attendre ce que le Père avait promis, ce que je vous ai annoncé, leur dit-il ; 5 car Jean a baptisé d’eau, mais vous, dans peu de jours, vous serez baptisés du Saint-Esprit.

Promesse faite à tous : Jean 15 :26

Jean 15:26 Quand sera venu le consolateur, que je vous enverrai de la part du Père, l’Esprit de vérité, qui vient du Père, il rendra témoignage de moi ;

4/ La paix de Dieu : Jean 14 :27

27 Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre coeur ne se trouble point, et ne s’alarme point.

5/ Des talents divers à faire fructifier : Matthieu 25 : 14 à 30

14 Il en sera comme d’un homme qui, partant pour un voyage, appela ses serviteurs, et leur remit ses biens. 15 Il donna cinq talents à l’un, deux à l’autre, et un au troisième, à chacun selon sa capacité, et il partit. 16 Aussitôt celui qui avait reçu les cinq talents s’en alla, les fit valoir, et il gagna cinq autres talents. 17 De même, celui qui avait reçu les deux talents en gagna deux autres. 18 Celui qui n’en avait reçu qu’un alla faire un creux dans la terre, et cacha l’argent de son maître. 19 Longtemps après, le maître de ces serviteurs revint, et leur fit rendre compte. 20 Celui qui avait reçu les cinq talents s’approcha, en apportant cinq autres talents, et il dit : Seigneur, tu m’as remis cinq talents ; voici, j’en ai gagné cinq autres. 21 Son maître lui dit : C’est bien, bon et fidèle serviteur ; tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître. 22 Celui qui avait reçu les deux talents s’approcha aussi, et il dit : Seigneur, tu m’as remis deux talents ; voici, j’en ai gagné deux autres. 23 Son maître lui dit : C’est bien, bon et fidèle serviteur ; tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître. 24 Celui qui n’avait reçu qu’un talent s’approcha ensuite, et il dit : Seigneur, je savais que tu es un homme dur, qui moissonnes où tu n’as pas semé, et qui amasses où tu n’as pas vanné ; 25 j’ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre ; voici, prends ce qui est à toi. 26 Son maître lui répondit : Serviteur méchant et paresseux, tu savais que je moissonne où je n’ai pas semé, et que j’amasse où je n’ai pas vanné ; 27 il te fallait donc remettre mon argent aux banquiers, et, à mon retour, j’aurais retiré ce qui est à moi avec un intérêt. 28 Otez-lui donc le talent, et donnez-le à celui qui a les dix talents. 29 Car on donnera à celui qui a, et il sera dans l’abondance, mais à celui qui n’a pas on ôtera même ce qu’il a. 30 Et le serviteur inutile, jetez-le dans les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents.

2/ Comment avons-nous reçu ?

« Je ne vous donne pas comme le monde donne… » dit Jésus . Que signifie cette expression ? Au minimum qu’il y a deux façons de donner distinctes : celle du monde (voir partie 1) et celle de Jésus. L’affirmation de Jésus vise à encourager les disciples. Donc, le don par Jésus est supérieur aux dons du monde. Il est d’une autre catégorie, ne rentre pas dans les calculs humains. Ce que nous avons reçu de Jésus (et donc de Dieu par lui) est bien meilleur et d’une nature différente : ce don ne peut se détruire et se corrompre. 1 Pierre 1 :14

4 pour un héritage qui ne peut ni se corrompre, ni se souiller, ni se flétrir ; il vous est réservé dans les cieux,

C’est le don le meilleur : ce qui est venu par grâce de Dieu est notre vraie richesse.

3/ Que devons-nous donner et comment le donner ?

C’est là qu’intervient la générosité, cette belle qualité. L’étymologie du mot est intéressante : Generosus= de bonne ou noble race, donc animé de sentiments nobles, de bonne source. Elément complémentaire de définition : « Qui donne plus qu’il n’est tenu de faire » (1677)

Rappelons-nous que nous sommes maintenant fils de roi, donc de noble race et que nos sentiments ont cette source.

· nous devons donner tout ce que nous avons reçu gratuitement au plan spirituel ; il ne faut rien garder, c’est la condition pour que ce soit sans cesse renouvelé : cf le vin des noces de Cana ou la multiplication des pains. · Mais nous devons aller au-delà et pratiquer la générosité absolue par amour. Deux textes importants et difficiles pour nous. Matthieu 6 : 19 à 21

19 Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où la teigne et la rouille détruisent, et où les voleurs percent et dérobent ; 20 mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où la teigne et la rouille ne détruisent point, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent. 21 Car là où est ton trésor, là aussi sera ton coeur.

Matthieu 5 : 40-42

40 Si quelqu’un veut plaider contre toi, et prendre ta tunique, laisse-lui encore ton manteau. 41 Si quelqu’un te force à faire un mille, fais-en deux avec lui. 42 Donne à celui qui te demande, et ne te détourne pas de celui qui veut emprunter de toi.

Jésus appelle à dépasser la mesure. Il n’y a pas de don raisonnable dans le programme divin. Il y a un don généreux qui fait plus que ce qui convient. Dans la logique de l’Evangile, nous n’avons pas à être économe . Matthieu 6 : 25-34

25 C’est pourquoi je vous dis : Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus. La vie n’est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement ? 26 Regardez les oiseaux du ciel, ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n’amassent rien dans des greniers ; et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ? 27 Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie ? 28 Et pourquoi vous inquiéter au sujet du vêtement ? Considérez comment croissent les lis des champs : ils ne travaillent ni ne filent ; 29 cependant je vous dis que Salomon même, dans toute sa gloire, n’a pas été vêtu comme l’un d’eux. 30 Si Dieu revêt ainsi l’herbe des champs, qui existe aujourd’hui et qui demain sera jetée au four, ne vous vêtira-t-il pas à plus forte raison, gens de peu de foi ? 31 Ne vous inquiétez donc point, et ne dites pas : Que mangerons-nous ? que boirons-nous ? de quoi serons-nous vêtus ? 32 Car toutes ces choses, ce sont les païens qui les recherchent. Votre Père céleste sait que vous en avez besoin. 33 Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. 34 Ne vous inquiétez donc pas du lendemain ; car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine.

L’épargne n’est pas une qualité chrétienne. Seules les dettes sont proscrites par le message de l’Evangile : Romains 13 :8 Ne devez rien à personne, si ce n’est de vous aimer les uns les autres ; car celui qui aime les autres a accompli la loi. Or le discours du monde actuel est tout autre :

  valorisez votre épargne, assurez votre vieillesse, vos enfants, vos biens… Ces principes sont en fait d’un autre esprit que celui de Jésus.
  Utilisez votre temps libre et votre argent pour prendre soin de vous. Le développement personnel est la grande mode, on remplit des rayons de librairie là-dessus, y compris dans les publications chrétiennes. Ceci aussi est en contradiction avec ce que dit Jésus. Par vocation céleste, nous sommes « sauvés pour servir », selon la belle devise de l’Armée du Salut. Et non sauvés pour jouir.
  Etre généreux, c’est être inconséquent, imprévoyant. Ce n’est pas ce que dit Jésus ou ce qu’écrit Paul.

Donnons non seulement le message spirituel du salut par l’Esprit, mais donnons nos talents avec les deux sens du terme, argent et capacités. Et en plus, donnons notre temps. Ne tombons pas dans le piège que nous tend le monde : l’hédonisme, l’égoïsme, la jouissance, la qualité de la vie, le développement personnel… autant de trappes sous nos pas.

C’est quand je me suis allégé de tout que je peux recevoir et communier.

Texte de Bill Deraime ou écoute du morceau « Rien ne Pourra »

Rien ne pourra me séparer de toi

Rien, non rien ne pourra me séparer Rien, non rien ne pourra me séparer de toi Rien, non rien ne pourra me séparer Rien, non rien ne pourra me séparer de toi

Dans la tempête et dans la nuit, C’est ta main qui me conduit. Dans le désert où je m’enfuis, C’est ta loi qui me suffit. Quand je suis seul, tu me donnes ta main. Si je t’appelle, tu m’écoutes comme un père. Quand je me perds, tu oublies tout Pour me chercher très loin, tu vas jusqu’au bout, Jusqu’au bout…

Rien, non rien ne pourra me séparer Rien, non rien ne pourra me séparer de toi Rien, non rien ne pourra me séparer Rien, non rien ne pourra me séparer de toi

Lorsque j’ai soif, c’est ton eau que tu me donnes, Mon Dieu, que ton eau est bonne… Lorsque j’ai faim, c’est ton pain que tu me romps, Mon Dieu, que ton pain est bon… Quand je me vide, tu me combles de vie. Quand je m’enterre, tu m’attires au Paradis. Quand je descends, c’est ton bras qui me soulève. Cent fois je tombe, cent fois tu me relèves, Tu me relèves…

Rien, non rien ne pourra me séparer Rien, non rien ne pourra me séparer de toi Rien, non rien ne pourra me séparer Rien, non rien ne pourra me séparer de toi

Paroles et musiques de Bill Deraime





repondre à l'articleimprimer l'article






Plan du site avec articles.
RSS 2.0

Mes autres sites :
 Geographica
 Pensée libre
 Little Romania
 Musiques et Mots
 Le Blog à Jean-mi